RSS

En temps et en heure !

28 Oct

heure

 

 Ce dimanche, notre pays passera à l’heure d’hiver, une fois encore, avec un objectif revendiqué : limiter, autant que faire se peut, l’utilisation de l’éclairage artificiel en faisant plus finement coïncider nos heures d’activité avec celles d’ensoleillement…

La date de changement d’heure est fixée, chaque année, par la Commission européenne.

Pour ceux et celles qui sont curieux d’avoir les prochaines dates, sachez qu’en 2017 et en 2018, le passage à l’heure d’hiver aura lieu aux dates suivantes :
  1. dans la nuit du samedi 28 octobre au dimanche 29 octobre en 2017.
  2. dans la nuit du samedi 27 octobre au dimanche 28 octobre en 2018

Afin de concrétiser la manœuvre, nous nous sommes aidés d’une horloge qui vous fera, nous l’espérons, mieux comprendre ce que l’on a dû faire subir comme gymnastique à leurs aiguilles…

AINSI  :

Pour passer de l’heure d’été à  l’heure d’hiver, l’horloge doit, à 3 heures du matin, être retardée d’une heure (d’où cette impression, pas tout à fait fausse, que l’on a brusquement « gagné » une heure de sommeil !). Cette manipulation est à effectuer le dernier dimanche du mois d’octobre (donc un jour d’automne, et non en hiver, même si l’on parle « d’heure d’hiver » !).

Donc, dans la nuit du samedi 29 octobre au dimanche 30 octobre 2016, à 3 heures du matin, le dimanche, pour être plus précis, l’heure officielle en France reviendra à 2 heures ; elle sera à GMT + 1. 

Espérons, donc, que l’horloge ci-dessus vous rendra la manœuvre plus compréhensible et le principe plus concret…

En résumé, dimanche 30, il sera une première fois 2 heures du matin puis, une heure plus tard (à 3 heures du matin, donc), il sera à nouveau 2 heures du matin !

Pas évident encore ? Alors, pour tenter de vous aider à vous souvenir si, pour passer à l’heure d’hiver, il faut reculer ou avancer la petite aiguille de votre horloge, et à quel mois il faut le faire, voici la petite astuce mnémotechnique sélectionnée pour vous :

En octobre, le mois finissant par RE, pensez donc au verbe « reculer » et reculez alors d’une heure la petite aiguille de l’horloge !  (en revanche, au printemps, c’est une manœuvre inverse qu’il vous faudra effectuer : donc, pensez alors, non plus à reculer, mais, au contraire, à avancer d’une heure la petite aiguille de l’horloge…)

 Mais au fait, que signifie « GMT » ? C’est l’abréviation de : « Greenwich Mean Time », ce terme anglo-saxon peut se traduire, en français par : heure moyenne de Greenwich, (« mean » est en effet un adjectif signifiant « moyen, médian »). Il s’agit de l’heure solaire à l’observatoire royal de Greenwich Village où est située la référence du méridien d’origine des longitudes.
Midi GMT correspond à la mesure astronomique du moment où le Soleil est au zénith à Greenwich.

Mais où se situe donc, plus précisément, Greenwich ?

greenwich

Greenwich est un quartier de Londres, situé sur la rive sud de la Tamise. Il a donné son nom au London borough (quartier londonien)  de Greenwich composé aussi  des quartiers de Woolwich, Charlton, Plumstead, Thamestead et Eltham. Greenwich a également donné son nom au méridien de longitude 0° et aussi au Temps Moyen de Greenwich.

Par extension, le terme « Greenwich Mean Time » est souvent donné au fuseau horaire UTC+0, qui, lui, est sans décalage avec le temps universel coordonné, également appelé « Western European Time ».

 En raison de la vitesse variable de la Terre sur son orbite elliptique, cette heure peut se trouver être jusqu’à 16 minutes en avance sur l’heure solaire apparente ; cette différence porte le nom « d’ équation du temps ».
La vitesse de rotation de la Terre étant en pratique irrégulière et globalement décroissante, il n’est donc pas scientifiquement défendable d’utiliser l’heure GMT  comme heure officielle. C’est pour cette raison que l’on a recours à l’heure UTC (temps universel coordonné). Un certain nombre de secondes additionnelles (souvent une seule) sont ajoutées, quand besoin est, à l’heure UTC pour que la différence entre celle-ci et l’heure GMT soit toujours inférieure à une seconde.

C’est donc par un abus de langage que GMT est souvent employé comme synonyme du fuseau horaire UTC+0 (autrement appelé Western European Time). En résumé, ces deux mesures de temps, quoique proches, ne coïncident cependant pas, puisque GMT est établi à partir de la rotation terrestre et UTC à partir du temps atomique international : elle correspond en fait à l’heure d’hiver. Ainsi :

  • à 15h GMT en hiver, il est 15h à Londres et 16h à Paris ;
  • à 15h GMT en été, il est 16h à Londres et 17h à Paris.

heure

votre intervention, là, sera nécessaire

Voyons maintenant la chose d’un peu plus près, puisque dimanche 30 octobre se produira, à 3 heures du matin, ce fameux changement  pour l’heure dite « heure d’hiver » ; en effet, au petit matin – afin de faire démarrer le changement à un moment où la plupart d’entre nous sommes en plein sommeil – l’heure alors indiquée au cadran de nos montres, horloges, etc  deviendra 2 heures du matin, soit une heure de moins…Mais en fait, si pour nos ordinateurs, tablettes, mobiles et autres objets connectés, la remise à l’heure s’effectuera automatiquement, ce qui n’est pas le cas pour notre vieux réveil ou la montre à notre poignet depuis des décennies, car là, il faudra bouger soi-même les aiguilles !

En résumé, ce « tour de passe-passe », répété chaque année, depuis 1976, va donc faire que, si nous voulons nous lever, dimanche, « à l’heure de la veille » – par exemple, nous voulons nous lever à 7 heures, comme la veille – dans les faits, nous devrons nous lever, pour notre fatigue, une heure plus tard puisque quand, le dimanche 30 matin, notre montre, qui indiquait 7 heures, la veille, indiquera alors 6 heures ! Nous aurons alors dormi une heure de plus que la veille...

jetlag

  jet-lags

 Ces changements d’heure vont se traduire, à chaque fois, par des décalages horaires périodiques en une même partie du globe. Ce sont des décalages horaires que l’on peut qualifier d’assez brutaux et traumatisants (surtout pour les plus jeunes et les plus âgés d’entre nous). Les chronobiologistes n’ont donc pas hésité à les qualifier de chrono-ruptures. Ils ne doivent pas être confondus avec  les décalages horaires occasionnels et de faible durée, dus aux voyages (la plupart du temps, en avion) qualifiés de transméridiens et affublés, eux, du terme anglo-saxon de : « jet-lags » ; ces derniers n’ont d’ailleurs pas les mêmes effets sur le corps car l’on « s’en remet » normalement au bout de quelques jours, voire de quelques semaines, en récupérant alors le rythme et l’horaire de son pays, alors qu’avec le décalage horaire dû au passage à l’heure d’été ou à l’heure d’hiver, le corps est chahuté durant plusieurs mois d’affilé…

Je sais, plus on tente de rendre simple l’explication de ce phénomène , plus on tombe sur des subtilités qui, elles, ne sont pas simples ; mais qu’y faire ?

cerveau

Mais depuis quand cette idée a germé dans le cerveau humain ? 

Vous seriez tentés de croire que cette idée n’est apparue que récemment… Que nenni !  Au XVIII° siècle déjà, Benjamin Franklin – mais il ne fut pas le seul alors – constate qu’on perd, l’été notamment, les belles et agréables heures d’ensoleillement du matin. De là, germe dans la tête de tous ces savants, l’idée que, si on décalait l’horaire, on économiserait beaucoup de chandelles et de bougies (on ne raisonnait pas en effet alors en économie d’énergie, comme nous l’entendons à l’heure actuelle !). Un Anglais, William Willet, écrira, lui, un livre entier sur le sujet…

Entre les idées des scientifiques et leur concrétisation, il faudra néanmoins attendre bien longtemps, et, déjà, une crise majeure, en l’occurrence celle qui découla de la Première Guerre mondiale, pour que soit appliqué ce changement d’horaire. En effet, en 1916-1917, l’Angleterre, l’Allemagne et la France adoptèrent cette véritable innovation qui perdurera pendant toutes les années 30, et, pour être plus précis, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, toutefois, les Français rompent avec « l’heure de Berlin » imposée pendant l’occupation allemande, et donc de funeste mémoire…

décret

A qui doit-on désormais d’agir ainsi ?

C’est par un décret du 19 septembre 1975 signé par Valéry Giscard d’Estaing et Michel d’Ornano que fut instauré le changement d’heure l’été mais également l’hiver, mesure qui prit effet, dès l’année suivante, en 1976.  Et c’est le premier choc pétrolier de 1973 qui en fut le détonateur (mesure d’économie d’énergie oblige…). On visait ainsi à réduire la dépendance pétrolière de la France. L’électricité est, à cette époque, principalement produite à partir de centrales fonctionnant au fuel lourd. Or, le contexte est différent actuellement puisque, près de 35 ans plus tard, la production électrique française dépend, à plus de 75%, de l’énergie nucléaire !

D’autres pays, 70 excusez-moi du peu, à l’instar de la France, ont adopté de système mais avec des variantes quant au jour de passage à l’heure d’hiver ou à l’heure d’été et au moment de cette journée où cela interviendra (entre minuit et 4 h du matin, selon les pays). En Europe, à ce jour, le Portugal et les pays baltes ont fait marche arrière. Dans le reste du monde, une dizaine de pays – dont la Chine, dès 1992, et aussi la Russie, la Biélorussie, l’Ukraine, la Tunisie et l’Égypte – ont, de leur coté, déjà abandonné ce système.

hemisphere

selon que l’on se trouve dans l’hémisphère nord ou dans l’hémisphère sud

Ce changement d’heure intervient à des dates différentes selon que l’on se trouve dans l’hémisphère nord ou dans l’hémisphère sud : les pays de l’hémisphère nord ayant recours au changement d’heure le font à des dates assez rapprochées. Par exemple, les Bahamas passent à l’heure d’été le 2ème dimanche de mars et à celle d’hiver le dernier dimanche d’octobre ; les États-Unis passent à l’heure d’été à la même date que les Bahamas, mais, pour eux, l’heure d’hiver commence le 1er dimanche de novembre (système sur lequel s’est d’ailleurs aligné le Canada, dans le but de préserver et d’harmoniser les échanges entre les deux pays).

Le changement d’heure dans les pays de l’hémisphère sud varie selon les saisons : l’heure d’été australienne va ainsi du 1er dimanche d’octobre au dernier dimanche de mars alors qu’au Brésil, l’heure d’hiver débute le 3° dimanche d’octobre pour se terminer le 3ème dimanche de février à minuit (toutefois, à noter que l’heure d’été est souvent réajustée, Carnaval de Rio oblige, afin que la date finale de l’heure d’hiver coïncide avec celle de ce carnaval !).

En ce qui concerne, maintenant, les pays tropicaux, le changement d’heure n’existe pratiquement pas, en raison de la faible variation de la durée du jour dans les régions proches de l’équateur.

dans notre pays, 54 % de personnes sont opposées à cette mesure

Pour être tout à fait honnête, bien qu’harmonisé au niveau de l’Union européenne depuis 1998 (passage à l’heure d’été le dernier dimanche de mars et à l’heure d’hiver le dernier dimanche d’octobre), le principe du changement d’heure ne fait pas l’unanimité. Outre la difficulté d’évaluer les économies réelles liées au dispositif, les progrès technologiques et son impact sur le rythme biologique jouent en sa défaveur. Il est par ailleurs à noter que,  selon un sondage OpinionWay, dans notre pays, 54 % de personnes seraient opposées à cette mesure ; les Français seraient donc majoritairement contre cette pratique du changement d’heure, contre un peu moins d’un sur cinq favorables (19 %) et un peu plus d’un sur quatre indifférents (27 %). Selon le même sondage,  59% de ces détracteurs ignorent notamment que cela leur permet des économies ; pour 75% d’entre eux, ils mettent en avant un impact négatif sur « le sommeil, l’alimentation ou l’humeur ».  Ces opposants souhaiteraient que l’on abandonnât cette mesure et que l’on en revint au système antérieur, plus proche du rythme de la nature…

ce gain aurait permis à la France d’éviter l’émission de 44 000 tonnes de CO2

L’ADEME fait néanmoins état « d’impacts énergétiques réels » ; selon elle, en 2009, le dispositif aurait ainsi permis d’économiser 440 GW sur l’éclairage, soit l’équivalent de la consommation annuelle en éclairage d’environ 800 000 ménages et, en réajustant ainsi l’heure par rapport au fuseau horaire standard, la France a réalisé chaque année un gain évalué à près d’un milliard de Gigawatts/heure. Toujours selon la même ADEME, ce gain aurait permis à la France d’éviter l’émission de 44 000 tonnes de CO2. Les économies liées aux usages thermiques (chauffage et climatisation) seraient moins significatives et plus difficiles à évaluer. La consommation de la climatisation tertiaire aurait, par exemple, permis d’économiser 70 GWh d’électricité par an. Mais l’usage de produits et d’appareils plus performants (généralisation des lampes à basse consommation, optimisation de l’éclairage par néons dans les lieux professionnels) ont réduit les bénéfices du changement d’heure. A l’horizon 2030, les économies d’énergie sont ainsi estimées par l’Ademe à seulement 340 GW, soit 100 GW de moins qu’en 2009 !!!

Elle n’alla toutefois pas jusqu’à prôner l’abandon du système actuel

Dans ces conditions, la pertinence du maintien de l’heure d’été est donc soulevée de façon récurrente. Il y a une quinzaine d’années déjà, un sénateur rédigeait un rapport intitulé « Faut-il en finir avec l’heure d’été ? ». En 2007, la Commission européenne avait abouti à la conclusion que les économies d’énergies découlant de ce changement d’heure étaient « relativement limitées ». Elle n’alla toutefois pas jusqu’à prôner l’abandon du système actuel. Celui-ci est désormais rentré dans les mœurs des citoyens français même si, à côté de cela, un certain nombre d’entre eux continue encore d’être surpris, voire déconcerté, par ce sacré changement d’heure…

Je ne trancherai pas ce débat. Chacun a sa propre opinion sur le sujet et personne, à mon avis, n’a tort ou raison totalement, tant il s’agit d’une appréciation subjective…

mr geek

 

Le mot du geek : votre montre ne marche plus, vous voulez savoir l’heure à un point précis du globe, cliquez sur : 

http://24timezones.com/

J’espère qu’à la fin de la lecture de cet article, vous pourrez vous écrier : « A la bonne heure » !

Et, si vous voulez avoir l’heure exacte, cliquez sur ce lien : http://pragmatice.net/applications_flash/applications-web/horloge-interactive/horloge-interactive.html

Enregistrer

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le octobre 28, 2016 dans - Divers

 

Étiquettes :

Une réponse à “En temps et en heure !

Laissez-nous vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s