RSS

On a les dates ! En 2016, ce sera les 3 et 4 septembre !

01 Juil

braderie 3Quoi ? La braderie de Lille, bien-sûr ! C’est le moment de mettre votre podomètre en marche : 100 km d’étals, 40 heures de balade, une des plus grandes brocantes au monde, où le bric et le broc font bon ménage et qui fait que Lille devient capitale de la chine… le temps d’un week-end. La chine – sans majuscule, ici – mon petit péché mignon, entre nous soit dit !

Emplacement réservé

Non, ne faites pas çà !

Habitants de St-Maurice Pellevoisin, vous souhaitez vous installer ? Suivez donc le guide http://www.lille.fr/Braderie-de-Lille/Actualites/Braderie-2016-reservez-votre-emplacement : vous aurez la marche à suivre pour obtenir un emplacement gratuit – pour pouvoir rejoindre les autres 10.000 exposants – et récupérer le précieux sésame : la fameuse affichette verte « Emplacement réservé », pour le stand de quelques mètres qui verra passer plus de 2 millions de curieux ou acheteurs… potentiels ! Et surtout, ça vous évitera la véritable chasse aux emplacements libres, le grand jour arrivé,ou bien , comme on le voit chaque année, de devoir garder votre place en dormant dans votre véhicule, quelques jours avant le top départ, en appliquant la méthode du marquage sauvage, où vous risqueriez d’être délogé !

Brocante


 

Petite Histoire sur celle qu’on appelle La Grande Braderie…


La Braderie de Lille est une véritable tradition qui a perduré à travers les siècles, en dépit du passé tourmenté de notre ville qui fut souvent en guerre, changeant ainsi de rattachement. Elle fut en effet successivement flamande, française, bourguignonne, espagnole, avant de, finalement, redevenir française ! « Avec tout ça », l’histoire de la Braderie de Lille reste mal connue. On suppose – sans qu’aucun document ne l’atteste – que la tradition remonte au Moyen Age, à l’époque où les domestiques lillois avaient obtenu de pouvoir récupérer, pour les vendre, les vieux vêtements et objets usagers de leur employeur, une fois par an mais entre le coucher et le lever du soleil, de nuit, sans doute pour ne pas empiéter sur leur travail du lendemain !

Péruvien

Péruvien ajustant sa coiffe devant les jets d’eau

 

Depuis, la braderie de Lille s’est modifiée, au fil des années, et s’est considérablement étendue, passant de la foire à la vente de tissus, pour arriver enfin au grand déballage que nous connaissons. Mais l’esprit de fête demeure, en témoignent ces groupes de musiciens que l’on croise au détour d’une rue, les plus originaux étant les Péruviens, qui font spécialement le déplacement pour jouer de la Flûte de Pan des Andes, danser en costume traditionnel, vendre leurs disques et … leurs pulls et ponchos en alpaga !

Des origines jusqu’au XVIe siècle

Une_foire_à_Gand_au_Moyen-Age

Une Franche Foire au Moyen-Âge, à Gand (Peinture de Félix de Vigne)

La première trace écrite de la braderie de Lille remonte à l’année 1127. A l’origine, après l’Assomption, des commerçants du monde entier pouvaient vendre exceptionnellement leurs produits durant la Foire de Lille, appelée aussi la Franche Foire. Au XIVe siècle, la date de la foire fut décalée au 27 août et durait alors cinq jours. En 1446, Godin Maille et Pierre Tremart, deux marchands de volailles, décidèrent de s’installer sur la foire pour vendre des harengs et des poulets cuits. C’est alors que serait apparu l’origine du mot « braderie ». En effet, en langue flamande, le verbe « rôtir » se traduit par « braden » et il se pourrait donc que cette traditionnelle vente de poulets rôtis ait fait naître le mot « braderie ».

On retrouve le terme « braderie » déjà utilisé dans une ordonnance d’un Magistrat au XVe siècle, lors de ce qui était, en quelque sorte, les délibérations du Conseil Municipal de l’époque. Cependant, ensuite, le mot « foire » a plutôt été employé jusqu’à la Révolution Française, et même au-delà.

Après le XVe siècle, cette foire fut rallongée de deux jours, portant alors sa durée à sept jours !

Du XVIe au XXe siècle

braderie_histoire02

La Braderie de Lille, devant l’Opéra (gravure de Boldoduc)

Par la suite, au début du XVIe siècle, cet événement retrouva ses origines de vente d’objets et de vêtements d’occasion, et toujours  entre le coucher et le lever du soleil. Des commerçants, des camelots, des artisans et des artistes ambulants en profitèrent pour s’y installer aussi. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, les frites firent leur apparition et les moules vinrent peu après. L’esprit de la braderie était né !

De la fin des années 1940 à la fin des années 1970, la braderie se déroulait tout début septembre, du dimanche à 20 h au lundi midi, en fait le premier dimanche qui suivait le premier lundi de septembre. Mais seule la nuit était alors réservée aux « bradeux » puisque « la braderie des commerçants » prenait le relais et se déroulait le lundi matin, de 9 h à 13 h. Ce n’est alors réellement que dans les années 70, période de début de société de consommation, que l’engouement pour la braderie se développa. Les jeunes furent alors de plus en plus nombreux à y passer une nuit blanche surtout à partir de 1974, année durant laquelle la majorité passa de 21 ans à 18 ans, ce qui insuffla un vent de liberté à la jeunesse « soixante huitarde » qui ne loupait jamais cette occasion de dormir à la belle étoile ! Ils installaient d’ailleurs des lits et des hamacs de fortune derrière leur stand parce que, forcément, au petit matin, nos téméraires vendeurs d’un jour n’était plus là pour personne et tombaient dans les bras de Morphée !

Aujourd’hui

braderie_transpole2013Toujours tout début septembre, elle débute officiellement le samedi, en début d’après-midi, après le Semi-Marathon, pour finir à minuit précise. A propos, plus d’info pour nos amateurs de courses ? rendez-vous sur http://www.braderie-de-lille.fr/braderie-de-lille-2016-le-semi-marathon. Important aussi, sans interruption, le métro suit ce rythme exceptionnel, il circule toute la nuit, avec même un tarif spécial « Pass Braderie », et il faut se souvenir de nos retours de nuit avant l’arrivée du métro pour apprécier d’autant plus cette facilité maintenant  ! La SNCF n’est pas en reste puisqu’elle met en place un service spécial de jour comme de nuit avec 83 TER (Trains Express Régionaux) supplémentaires. Et, surprise ! Le lundi matin, quand vous vous réveillez, les 270 opérateurs de l’équipe de nettoyage de la ville, au grand complet, ont déjà  terminé leur ballet de 70 engins, leur grand coup de balai, en somme le ballet des balais ! ;:), qui aura effacé toutes les traces de ce joyeux chamboulement, pour la plus grande satisfaction des riverains !

Braderie 2016 lille

… qui ressemblait à un petit terril, l’odeur de la marée en plus !

MoulesVous connaissez le menu pour l’occasion, c’est sûr, ce sera Moules-Frites Bière pour tout le monde ! Une véritable institution même si les assiettes en porcelaine sont remplacées par des barquettes en plastique ! Mais, la nouveauté, cette année, c’est que vous ne verrez plus l’incontournable concours du plus gros tas de coquilles de moule vides déversées devant chaque restaurant, un tas qui ressemblait à un petit terril, l’odeur de la marée en plus, et qui s’exhibait fièrement comme preuve d’un bon score réalisé ! En fait, le premier restaurant qui avait demandé l’autorisation de le faire, Les Moules, l’emblématique brasserie de la rue de Béthune, vient de fermer définitivement ses portes, après une épopée de 85 ans ; cette mythique enseigne fera donc partie aussi des dernières à avoir pu vider ses coquilles sur la chaussée puisque la Ville a profité de cette cessation d’activité pour mettre le holà à cette coutume, dont la sympathique image avait fait le tour du monde, mais qui était trop difficile à gérer, surtout en cas de canicule ! Imaginez, les coquilles de 500 tonnes de moules, rien que ça !

Si vous voulez vous faire le « menu Braderie » à domicile, des archives de l’Ina vous permettront de revoir une émission de télévision datant de 1993, intitulée « Goutez-moi ça », animée par Pierre Bonte, où le célèbre restaurateur « Pierrot » nous dévoile sa fameuse recette de « moules marinières », de quoi vous lécher les babines : http://www.ina.fr/video/RCC99003168/aujourd-hui-les-moules-video.html

Si vous restez sur votre faim et que l’envie vous taraude de refaire un grand vide-greniers, attendez le 27 avril, et alors direction Amsterdam où, pour l’anniversaire du Roi, cette ville est aussi transformée en une gigantesque brocante, ou bien, plus loin, direction les États-Unis, début août alors, pour le plus grand vide-greniers du monde : 690 miles ( 1110 km, le long de la Highway 127, en traversant 6 états (le Michigan, l’Ohio, le Kentucky, le Tennessee, la Géorgie et l’Alabama). Retrouvez son ambiance sur : http://blog.info-brocantes.com/127-yard-sale-2922.html

… chut, ne le dites à personne

Mais pour le moment, restons sur Lille et si l’aventure vous tente… promis ? rendez-vous en septembre ! Avec un petit conseil, lisez la presse locale quelques jours avant le jour « J » : vous y trouverez le plan précis de la braderie, pour ne pas vous perdre dans ce dédale. En fait, c’est toujours à peu près la même chose chaque année : en général, les plus beaux antiquaires – qui déferlent de tous les coins de la France – sont regroupés sur l’arrière de la Mairie, le long du parc Jean- Baptiste Lebas et du Boulevard Louis XIV. Autour de l’Opéra et de la Porte de Roubaix, c’est un vrai « little Flea-Market » que vous reconnaîtrez par le pavoisement installé pour l’occasion ;  Vendeurs et objets anglais garantis, accent compris ! Un grand village d’Associations trône sur la place Simone Vollant, diversité oblige ! Mais pour trouver les « vrais particuliers » devant leur porte, c’est plutôt vers le Boulevard Victor Hugo qu’il faudra vous diriger ou vers le Vieux-Lille, où là, ce sont les enfants des commerçants qui s’exercent à leur tour à jouer à la marchande « pour de vrai » ! Alors que devant la façade de l’Esplanade, le long de la Deûle, on trouvera plutôt des brocanteurs et des bouquinistes.

220px-Joseph_Ducreux_-_Le_Discret

 

En général, d’ailleurs cet endroit ouvre le bal avant la date réglementaire, et chut, ne le dites à personne, mais, dès le vendredi soir, à la lueur de la lampe de poche, ça y bat déjà son plein !

 

 

Le mot du geek : télécharger l’appli Braderie de Lille   http://www.lille.fr/Braderie-de-Lille/L-appli-Braderie disponible sur Apple Store et sur Google Play. Vous pourrez bénéficier d’un plan interactif pour vous déplacer plus facilement et trouver les périmètres à thème, les rues autorisées et interdites, les parkings, les navettes, sans oublier… les toilettes ! Ce système d’itinéraire utilisant la géolocalisation, il vous guidera via le GPS. De plus, les numéros de téléphone d’urgence seront accessibles en « click to call », automatique et gratuit !

Je dis ça, je dis rien, mais … si vous habitez St-Maurice Pellevoisin, dites-nous donc où vous vous installez, on pourrait peut-être le signaler dans ce blog. Comme on dit : « à tout seigneur, tout honneur » !

Ah ! une dernière chose, n’en achetez pas trop quand même !Voiture trop chargée

Enregistrer

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 1, 2016 dans Lieux à connaître

 

Étiquettes : ,

Laissez-nous vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s