RSS

Le Front Populaire, c’est un cliché …

11 Juin

… recherché !

1936

Mes souvenirs de 36 ? Non, n’exagérons rien quand même ! Mais, en discutant avec mon père (né en 1919), il me confie cette photo de lui (voir en bas du texte) qu’il a retrouvée et qui évoque bien le brusque engouement pour les vacances et la découverte des Sports d’hiver, suite aux deux semaines de congés payés, fraichement acquises.sncf

Pour le coup, la SNCF avait décidé de mettre en place le fameux système des tarifs « congés annuels », ce qui a permis à des milliers de Lillois de découvrir à la fois les vacances et le train. Pour choisir la station de montagne, pas de problème : on allait faire la queue au guichet et, parfois, on demandait simplement à aller à un endroit où on faisait du ski !Affiche PLM Le Revard 1

skieurPeut-être est-ce cette affiche qui fit choisir à mes grands-parents Le Mont-Revard ou est-ce le guichetier lui-même (ou la belle guichetière de la photo plus haut !) qui savait que ce village était accessible par train, toujours est-il que les billets furent achetés pour cette destination et qu’il ne restait plus alors qu’à résoudre le problème du logement. Mais cela ne les inquiétait guère puisque l’hôtel, ou plus exactement  la pension de famille, se choisissait… à l’arrivée ! Routards de 68, vous pouvez vous rhabiller ! En 1936, pas moyen de réserver à distance, on arrivait avec ses malles et … advienne que pourra !

Il faut dire aussi qu’à cette époque, en train, il fallait 18 heures pour atteindre les stations de montagne, à partir de Lille. Déjà, aller à Paris (en 2h30 car le TGV n’existait pas encore, bien-sûr), changer pour passer de la Gare du Nord à la Gare de Lyon – une épopée ! –  prendre un « tortillard » qui s’arrêtait sans arrêt en route, puis rechanger pour un tout petit train pour le dernier tronçon ; tout cela était une véritable aventure.

Plus bas, sur la photo de famille ci-dessous, on pourra aussi remarquer que Décathlon n’était  pas encore passé par là et qu’on n’avait pas encore imaginé skier autrement qu’avec ses vêtements de ville ! Pour trouver un pull chaud, mon père se souvient encore que c’était le gardien de but de son équipe de foot qui lui avait prêté le sien, parce que ce pull était chaud et qu’il avait un col roulé, ce qui était particulièrement  » moderne » à l’époque ! Comme on peut le voir aussi, il porte un béret et on pourrait croire que c’est parce qu’il n’avait pas de bonnet, mais non ! c’est pour faire chic ! comme le montre le jeune homme en ski sur l’affiche. Vous voulez avoir le look trendy ? Alors, à quand le ski « vintage » en béret ?

ski

Ah ! quelle maman prévoyante, ma grand-maman ! Elle avait pensé à prendre sur les pistes l’écharpe tricotée pour la circonstance, au cas où !

Publicités
 
 

Étiquettes : , ,

Laissez-nous vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s