RSS

Noël et ses traditions : la bûche de Noël

18 Déc

Continuons à cheminer sur la route des traditions de Noël, avec aujourd’hui la bûche de Noël, celle qui termine nos repas de fêtes, déclinée sous de nombreuses formes. Pas de recettes, mais juste l’histoire de ce gâteau.

Savez vous que la bûche, à la différence des autres traditions, n’est pas présente dans toute l’Europe. En dehors de la France, on la retrouve essentiellement dans les pays francophones, chez nos voisins belges, et plus loin au Canada (francophone), au Liban ou encore au Vietnam…

collage buche

Mais d’où vient donc la bûche de Noël ? 

Une tradition très ancienne qui, comme le sapin de Noël, remonte aux mythes païens du solstice d’hiver : c’était la fête de la bénédiction du feu, un feu très utile en cette période de froid et d’absence de lumière; c’est au Moyen Age que cette tradition réellement pris son essor :  dans chaque famille, on choisissait une grosse bûche, de préférence en bois de fruitier, qui devait pouvoir se consumer très lentement dans l’âtre (non seulement pendant toute la nuit de Noël, mais même, dit-on, pendant les 3 jours de la fête). La bûche devait être bénie, la bénédiction  variant d’une région à l’autre : on la saupoudrait de sel en Poitou-Charentes, on l’arrosait de vin en Provence, dans d’autres régions d’eau bénite, d’huile, de lait ou encore de miel….

Cette bûche « bénie » devait protéger la maison et ses habitants pour l’année à venir : les cendres étaient dispersées dans les étables, les vergers ou les champs pour protéger des maladies et apporter la prospérité. on leur accordait même le pouvoir d’empêcher les renards d’entrer dans le poulailler, les sorciers dans les habitations, de protéger de la foudre, ou d’éloigner les serpents ….autant de croyances qui perdurèrent longtemps. Il fallait aussi garder un peu de cendre pour la rajouter à la flambée de l’année suivante….

Puis avec la raréfaction des cheminées, la grosse bûche a disparu, mais on l’a remplacé par une plus petite, décorée de mousses et rehaussée de bougies, en guise de décoration sur les tables pendant la veillée et les repas de Noël.

Depuis quand la bûche gâteau existe-t-elle ?

Je n’ai pas retrouvé sa « date de naissance »  officielle…on parle généralement de la fin de la guerre et des années 1950 pour la forme actuelle,  un gâteau roulé, garni de crème au beurre et décoré de feuilles de houx …….Mais dans mon Poitou natal, on dit que c’est dans cette région qu’un pâtissier, des  années avant avait transformé le génoise traditionnelle de Noël en  ce gâteau roulé. Allez savoir ? En tout cas, la génoise de Noël faisait bien partie des habitudes de Noël. C’est seulement en arrivant dans le Nord que j’ai fait connaissance de la « coquille » de Noël, ce gâteau en pâte briochée avec -à l’époque encore son petit  « jésus » en sucre rose.

 

Chaque région avait son gâteau de Noël, avec sa forme et son nom… seuls subsistent peut-être les 13 desserts de Provence (figues, raisins et abricots secs, amandes et dattes, raisins frais, melon d’eau, orange et mandarine, la fougasse à la fleur d’oranger et les trois nougats, blanc, noir et rouge….

 

Et dans les autres pays ?

Le Christstollen est le gâteau traditionnel de Noël en Allemagne. Originaire de Dresde, il a une forme de pain allongé et la consistance d’un cake. Il contient des fruits confits, des raisins secs, des épices, du rhum, de la pâte d’amande en son milieu, le tout recouvert de sucre glace. La forme de ce gâteau, qui date du Moyen Âge, est censée  représenter le Christ bébé dans ses langes.

Les Anglais ont leur Christmas pudding, appelé aussi Plum pudding : il est traditionnellement préparé avec des raisins secs, des fruits confits, des amandes, de la farine, de la chapelure et de la graisse de rognons de porc ! Cuit à l’eau bouillante pendant de longues heures, il est souvent préparé un voire deux mois à l’avance.

En Espagne, en attendant les rois mages, on déguste les confiseries, le « Turon » (nougat), le « mantecado » ou  « polveron » (sablé aromatisé à l’amande et au citron), le massepain

En Italie on déguste le Panettone, une brioche agrémentée de raisins secs, fruits confits, zestes de citron, et cédrats.On le déguste de plusieurs façons : fourré à la crème, nappé de différentes sauces, recouvert de chocolat… Il y a aussi le Pandoro, gâteau de Vérone, saupoudré de sucre glace pour rappeler la neige..

Au Portugal on retrouve 13 desserts, des douceurs, des fruits…..

Si je vous ai mis l’eau à la bouche, partez donc à la recherche de toutes ces spécialités….vous les trouverez au détour d’une boutique, d’un chalet des marchés de Noël ou d’un rayon de supermarché…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le décembre 18, 2014 dans Témoignages d'habitants

 

Étiquettes : , , , ,

2 réponses à “Noël et ses traditions : la bûche de Noël

  1. sophie patou

    janvier 1, 2015 at 4:25

    vous trouverez de tres bonnes coquilles avec le petit jesus de sucre fondant a la boulangerie Bèle a Lambersart ainsi qu les christollens alsaciens fabriqués dans la pure tradition!!!

     

Laissez-nous vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s