RSS

Le nom des rues de notre quartier

28 Avr

Vous êtes-vous, comme moi, parfois demandé d’où venait le nom des rues de notre quartier ? Je viens de retrouver un livre, paru il y a déjà quelques années, qui répond à toutes mes interrogations…Je vais vous en faire profiter dans notre blog…

Je ne vais pas m’attarder sur les noms célèbres…. ils sont – certes plus ou moins-  transparents pour nous tous … mais sur les autres noms, ceux qui restent énigmatiques et « titillent » ma curiosité.

Le quartier honore bien sûr des musiciens et des hommes de lettre :  rue Gounod, rue Véronèse, rue Pascal ou avenue Emile Zola.., des savants : rue Euler, rue Le Verrier, rue Faraday…). A l’entrée du quartier (quand on vient d’Euralille) ce sont les villes européennes qui sont à l’honneur : rue d’Athènes, rue de Prague…

Mais il y a aussi les personnalités plus régionales, voire lilloises : rue Allard-Dugauquier, un musicien lillois célèbre au XVIème siècle, rue Hippolyte Lefebvre, un sculpteur lillois mort en 1935, mais aussi des gens d’armes, comme Jean-Baptiste Mehl,  capitaine de la Légion Etrangère , ou le sergent Bobillot…., ou encore Monsieur Firmin Malfait, curé de la paroisse  Saint Maurice qui a donné son nom à la rue St-Firmin.

D’autres noms restent mystérieux… Qui était donc le « Chevalier Français » ? L’enseigne d’un cabaret du même nom situé autrefois dans la rue….  Les Rue du Château, Rue du Ballon, Rue de l’Alcazar ont la même origine. La Carrière de La Funquée avait à Pellevoisin un ancien cabaret et un jardin perdu. D’ailleurs si autrefois la Rue Eugène Jacquet s’appelait  la Rue des Guinguettes, (avant d’être rebaptisée en 1921), c’est bien révélateur de l’ambiance festive qui régnait dans le quartier à l’époque….(à côté des nombreuses brasseries)

D’autres propriétaires, dont on ne sait plus rien, ont, en ouvrant des rues, laissé leur nom à la postérité, comme Messieurs Salomon, Monsieur Muy, Monsieur Van den Heede.

noms de rues

La Rue Blanche doit elle son nom au mur blanc d’une grande propriété qui la longeait, et la séparait, jusqu’à il y a une dizaine d’années, de la Rue du Faubourg de Roubaix…mais je préfère son ancien nom (celui d’avant 1872), « le sentier du Soleil Levant », qui était quand même plus poétique.

Témoignant du caractère champêtre du quartier, la rue des Lilas (avec ses nombreux lilas à la fin du XIXème siècle), la rue du Bois, ou la rue du Buisson, ancien chemin vicinal qui reliait Lille et Marcq en Baroeul.

La Rue de la Briqueterie tire son nom d’une grande briqueterie désaffectée au début du XXème siécle, terrain sur laquelle fut érigé dans les années 1930 le Grand Sémianire de Lille (que nous évoquerons très bientôt dans ce blog).

Alors si j’ai éveillé votre curiosité, allez donc consulter le livre dont je tire mes informations. Vous le trouverez, peut-être encore dans le commerce, mais à coup sûr dans notre nouvelle médiathèque, qui a ouvert récemment.

Au Fil des Rues , histoire et origines des rues de Lille, préface de Guy Le Flécher (Ravet-Anceau, 2006)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 28, 2014 dans Lieux à connaître

 

Étiquettes : , ,

Laissez-nous vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s